Libero

zoepace

  • Donna
  • 46
  • nessuna
Pesci

Mi trovi anche qui

ultimo accesso: più di un mese fa

Ultime visite

Visite al Profilo 27.871

Bacheca

Questa Bacheca è ancora vuota. Invita zoepace a scrivere un Post!

Mi descrivo

non esisto ......sono frutta del mio albero....no ho radice e non mi serve l'acqua per crescere...

Su di me

Situazione sentimentale

separato/a

Lingue conosciute

-

I miei pregi

sono viva

I miei difetti

sono viva

Amo & Odio

Tre cose che amo

  1. me
  2. gli altri
  3. .

Tre cose che odio

  1. me
  2. gli altri
  3. .

I miei interessi

Vacanze Ok!

  • Campeggio

Passioni

  • Fotografia
  • Viaggi

Cucina

  • Piatti italiani
  • Fusion

Libri

  • Diari di viaggio

Libro preferito

100 anni si solitudine

Meta dei sogni

Irlanda e Scozia, Canada

mano a mano ....

<object width="425" height="344"><param name="movie" value="//www.youtube.com/v/-RQMhVO_IyA&hl=it&fs=1"></param><param name="allowFullScreen" value="true"></param><param name="allowscriptaccess" value="always"></param><embed src="//www.youtube.com/v/-RQMhVO_IyA&hl=it&fs=1" type="application/x-shockwave-flash" allowscriptaccess="always" allowfullscreen="true" width="425" height="344"></embed></object>

Correspondances


La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

II est des parfums frais comme des chairs d'enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
— Et d'autres, corrompus, riches et triomphants,

Ayant l'expansion des choses infinies,
Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens,
Qui chantent les transports de l'esprit et des sens.

Charles Baudelaire

L'Homme et la mer

Homme libre, toujours tu chériras la mer!
La mer est ton miroir; tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame,
Et ton esprit n'est pas un gouffre moins amer.

Tu te plais à plonger au sein de ton image;
Tu l'embrasses des yeux et des bras, et ton coeur
Se distrait quelquefois de sa propre rumeur
Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.

Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets:
Homme, nul n'a sondé le fond de tes abîmes;
Ô mer, nul ne connaît tes richesses intimes,
Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets!

Et cependant voilà des siècles innombrables
Que vous vous combattez sans pitié ni remords,
Tellement vous aimez le carnage et la mort,
Ô lutteurs éternels, ô frères implacables!

Charles Baudelaire

La Vie antérieure

J'ai longtemps habité sous de vastes portiques
Que les soleils marins teignaient de mille feux,
Et que leurs grands piliers, droits et majestueux,
Rendaient pareils, le soir, aux grottes basaltiques.

Les houles, en roulant les images des cieux,
Mêlaient d'une façon solennelle et mystique
Les tout-puissants accords de leur riche musique
Aux couleurs du couchant reflété par mes yeux.

C'est là que j'ai vécu dans les voluptés calmes,
Au milieu de l'azur, des vagues, des splendeurs
Et des esclaves nus, tout imprégnés d'odeurs,

Qui me rafraîchissaient le front avec des palmes,
Et dont l'unique soin était d'approfondir
Le secret douloureux qui me faisait languir.

Charles Baudelaire

riflessione

come in una bottiglia....

, , , , , , , , , , , , ,